Fance Cadet
par Dominique Moulon, 2014
 


France Cadet est une artiste de l’hybridation qu’une armée de robots chien a propulsée sur la scène artistique internationale. Ses animaux de compagnie, elle les a génétiquement modifiés par le code informatique. Leurs mouvements singuliers, tout comme les cartels qui les identifient, nous incitent à repenser notre relation aux machines autonomes qui investissent notre quotidien. Le travail de France Cadet se situe entre les arts et les sciences, de l’écorché à la leçon d’anatomie, du robot au cyborg. Elle poursuit, par la pratique, les recherches théoriques initiées par Donna Haraway. Préférant le modèle de cyborg à celui de la déesse, elle se met en scène dans des situations qui nous interrogent sur les possibles devenirs technologiques de l’homme, ou plus précisément de la femme. Dans ses mises en scène, France Cadet est à la fois le modèle et artiste. Les identités qu’elle incarne successivement au travers d’images holographies, d’objets prototypés ou de dispositifs interactifs entrent en résonnance avec l’interchangeabilité de nos profils en ligne. En s’exposant, l’artiste crée de la présence lorsqu’elle nous fixe de son œil augmenté. Mais il y a quelque chose qui nous dérange dans la perfection de ses hybridations lorsque l’on est en peine de dissocier l’humain de sa part augmentée. Y a-t-il encore une femme dans la machine ? La question du genre, évidemment, est une problématique sous-jacente du travail de cette artiste aux multiples identités qui nous incite à repenser plus largement notre conception du vivre ensemble.

Dominque Moulon