LIBEBLOG un site de  

Les 400 culs
La planète sexe, vue et racontée par Agnès Giard.

21 Novembre 2007

Des sextoys qui disent «Oh oouiiiiii !»

Dérivées des petites boîtes à Meuh qui produisent un mugissement bovin lorsqu’on leur met la tête à l’envers, les boîtes à Mmmh de l’artiste France Cadet émettent des râles d’orgasme, des soupirs ou des bruits de baiser. Il suffit de choisir sa boîte : préférez-vous celle ornée d’un gode-ceinture ? D’un fouet ? D’un plug anal ? Ou d’un cigare présidentiel ? Mettez les boîtes sens dessus-dessous et laissez-vous surprendre: dans le lot, il y en a une qui dit «Oh mais non alors !». Il y en a même une qui crie en japonais.

Toutes ces boîtes sont en audition à la galerie Vanhoecke (Paris) jusqu’à samedi soir 24 novembre, alors dépêchez-vous : l’expo ne dure que quatre jours. Intitulée Gaude Mihi —«Réjouis-moi» une expression latine qui aurait donné le mot «godemiché»—, cette exposition rassemble plus de 65 artistes à qui l’on a proposé de créer, chacun, un prototype de sextoy.

«Les artistes ont passé l’été à cogiter, tester, fureter, méditer pour nous proposer un panel très large d’œuvres sorties tout droit de leur imagination, des objets tour à tour drôles, énigmatiques ou expérimentaux», explique le dossier de presse.

Résultat bien souvent loufoque : «Enna Chaton transforme des nez moulés en jouets sexuels, et propose ainsi une œuvre qui joue sur les différents sens. Léa adopte une pose languissante dans un pastiche de L’origine du monde de Courbet, des escargots de Bourgogne en plus. Thierry propose un manuel pour monter soi-même "la pompeuse" avec indications et schémas en bonne et due forme. D’autres propositions fonctionnent sur le mode ludique en parodiant des objets de la vie courante. Caroline Tapernoux détourne un coucou dans une œuvre intitulée Vivement minuit et… construit ses godemichés en légos. (…) Antonella propose un gode-ceinture sans gode mais avec des bourses démesurées, dans une exagération qui rappelle l’esthétique de la statuaire africaine et son crédo "Force, virilité et fécondité".»

Dans ce bazar bizarre d’objets plus ou moins érotiques, j’ai surtout retenu les boites à Mmmh de France Cadet parce que cette artiste française possède le don précieux d’évoquer le plaisir dans ce qu’il a à la fois de plus cru —un cri d’orgasme, c’est vraiment l’animal mis à nu— et de plus ludique, léger ou fantaisiste. «France Cadet investit la sexualité avec un humour et un plaisir du jeu qui font exploser les interprétations rationnelles d’un territoire qui échappera toujours aux discours», commente le journaliste Pedro Morais dans Ventilo. Avec elle, le plaisir relève du jeu d’éveil et de l’exploration.

France Cadet, par exemple, fabrique des ballons sauteurs munis de gode : on s’y amuse à rebondir, le derrière propulsé vers des cieux toujours plus hauts. Toujours dans le domaine de l’exploration spatiale, France Cadet a aussi conçu des «tapis d’éveil», ornés de zones érogènes à palper-caresser. Selon que l’on touche les tétons, la colonne vertébrale, le lobe des oreilles, ou ailleurs, les tapis émettent des cris et des soupirs… qui varient si l’on appuie une fois, deux fois ou trois fois de suite. Quatre fois, c’est la limite.
Parce qu'en matière de sexualité, nous ne sommes pas éduqués de la même façon selon notre sexe, France Cadet a créé deux sortes de tapis d'éveil. Il y a le tapis rose, correspondant au corps féminin, avec ses innombrables zones de «sensibilité», qui s’expriment de multiples manières. Et puis, histoire de dénoncer ces tabous qui pèsent encore trop lourd sur l'homme dans notre société, il y a le tapis d’éveil bleu, correspondant au corps masculin et doté uniquement de deux zones érogènes. Devinez lesquelles.

Exposition Gaude Mihi du 20 au 24 novembre 2007
Finissage & performances : samedi 24 novembre, de 16h à 21h.
Galerie Pascal Vanhoecke : 21 rue des Filles du Calvaire 75003 Paris.
Tél. : 01 40 27 09 27.
Ouvert du mardi au samedi de 11h à 19h.

 

Article en ligne sur le site de libération - rubrique sexes.blogs