26 mars 2008

par Guy Duplat

Un festival qui bouleversera vos sens

Du 13 au 23 mars, le festival Via, à Mons et Maubeuge, suscitera d'étonnants voyages.

Notre monde change à une rapidité stupéfiante. Les nouvelles technologies rendent les possibilités quasi infinies pour les artistes qui nous plongent dans des univers parallèles pour mieux bouleverser nos sens.

Un festival explore déjà depuis plus de vingt ans ces hybridations aujourd'hui furieusement à la mode : le festival Via qui mêle théâtre, danse, musique et arts plastiques, un moment privilégié pour toucher des yeux ces nouveaux mondes. De plus, Via a la caractéristique d'être à cheval sur deux pays : Maubeuge (en France) et Mons (au Manège).

Pendant dix jours, il y aura d'abord une expo qui s'annonce ébouriffante, à l'espace Sculfort à Maubeuge. Le visiteur découvrira quatorze installations et performances qui impliquent une "immersion" complète : performances sonores, sculptures digitales, films qu'on change avec les doigts, plongées dans les images. Exemples : France Cadet crée des animaux mutants (chat-chien, chien-cerf, etc.) sous forme de robots qui réagissent à des vidéos montrant d'autres animaux. Film Fabriek et Kurt D'Haeseleer imagine un monde "lynchisé" qu'on découvre dans une lunette comme on en voit dans les lieux de tourisme. L'espiègle Pierrick Sorin crée son propre personnage en hologramme qui pirate notre vision quand, assis sur un tabouret, nous découvrons toute la salle qui prend feu. Eva et Franco Mattes créent des performances virtuelles sur "Second Live", etc.

Aujourd'hui, où tout semble possible grâce à la technique, cette expo peut nous ouvrir les yeux sur les apports culturels possibles de ces hybridations.

Un des acteurs de ce changement est le CECN (dépendant du Manège à Mons) qui étudie toutes les possibilités des nouvelles technologies dans les arts de la scène. Pour la deuxième année, il organisera, dans le cadre de Via, des journées professionnelles rassemblant plus de 150 spécialistes venus des quatre coins de l'Europe. Le CNCN vient d'ailleurs d'obtenir un nouveau financement via l'université de Mons pour le projet "Numediart" qui mêle ingénieurs et artistes. Avec à la clé un important budget de 5 millions d'euros en cinq ans.

Venu du Chili

Côté scènes, Via se concentre d'abord sur Mons et le samedi 15 mars, le public peut voir quatre spectacles : le Flamand Eric Joris qui place des casques sur la tête des spectateurs pour voir ce qu'un autre voit (Vous ne comprenez pas ? Allez à Mons). Les Chiliens de La Troppa qui viennent trois soirs (du 14 au 15 mars) avec "Sin Sangre" qui a fait longtemps salle comble à Santiago du Chili et dans lequel les acteurs sont littéralement immergés dans un film. On retrouvera aussi, mais à Maubeuge, le danseur japonais Hiroaki Umeda et Michael Clarck, star punk. A découvrir.

Article en ligne sur le site lesoir.be