DigitaleeMeute #2 – Friche Belle de Mai – Marseille / France (2005).

 

LILLE2004 – Capitale Culturelle - Lille / France (2004).


ARCO 04 - Madrid / Espagne (2004).


ARCO 04 - Madrid / Espagne (2004).


Festival international "VIA" : Maubeuge / France (2005).


"Emoção Artficial 3.0" : Sao Paulo / Brésil (2006).


ARS ELECTRONICA 2004 – Ars Electronica Center - Linz / Autriche.

"Sciart V3.0": National Science Museum - Daejeon - Corée (2005).

Exposition personnelle - Gelerie Sagace – Pau / France (2006).

Exposition personnelle - Gelerie Sagace – Pau / France (2006).

 

 

Quand Copycat rencontre AIBO…
Festival international EXIT 2005 – Maison des Arts de Créteil

Tous les robots de Dog[LAB] sont des robots I-CYBIE de TIGER & Silverlit et non des AIBO de Sony.

 

Introduction:

Evoluent dans cet espace expérimental sept petits robots chimériques, des animaux à la morphologie générale de chien, mais au pelage tantôt bovin, pourvus de cornes, (vache folle?), tantôt porcin (transgénie pour une meilleure compatibilité humaine? à moins que ce ne soit un croisement avec la célèbre souris nude de laboratoire?), au bêlement nasillard (clone de Dolly? tremblante du mouton?) ou au miaulement incertain (robots de compagnie? recherche de l'animal familier idéal combinant le chat et le chien?), à la peau étrange, transparente comme la peau des méduses ou encore phosphorescente telle celle de "GFP Bunny" le célèbre lapin d’Eduardo Kac, utilisant la Green Fluorescent Protein, bien connue pour marquer les cellules.

Cet audacieux mélange enchanté de robotique et de diverses espèces animales transgéniques est-il le témoin d'un eugénisme farouche et aveugle dans la quête de nouvelles races animales plus résistantes? plus productives? plus universelles? génétiquement plus compatibles avec l'homme (réserve d'organes?) ou socialement plus adaptées (robot de compagnie)? ou tout simplement au service de l’homme (terrain d’expérimentations thérapeutiques)?

Bienvenue dans le meilleur des mondes…

 

Installation:

Installation pour Lille2004 – "Mondes parallèles Robots"

Installation pour ARCO 04 - Madrid

 

 

Description:

Les modifications que ces mystérieuses créatures ont subies sont basées sur des recherches et expériences pourtant bien réelles… et en illustrent ainsi les dérives possibles.

Il s’agit d’une mise en garde ironique et ludique des dangers et débordements possibles du clonage, de l’eugénisme et des diverses expérimentations animales, ce que j’abordais déjà dans mon CD-ROM "Les crédébilités scientifiques" avec son inventaire des différentes souches de souris disponibles à la vente, présentant ou non déjà une pathologie.

Cette classification, telle celle utilisée par les laboratoires, utilisait une démonstration rigoureusement scientifique, s'appuyant sur des lois mathématiques, physiques, chimiques et biologiques réelles pour démontrer l'existence de souris mutantes imaginaires.

Cette sorte de sophisme ironique dénonçait l’ésotérisme du discours scientifique et son apparente logique implacable du fait de sa technicité qui limite les possibilités d'analyse du public, profane, inapte à juger de la crédibilité de ce que lui raconte le journaliste scientifique. Le but n’était pas de tromper le public avec des espèces plausibles réalistes soutenues par un raisonnement technique complexe (ce qui serait facile mais inutile) mais plutôt de le pousser à s’interroger sur la véracité de telle ou telle démonstration.

De vraies espèces, pourtant très impressionnantes, de souris étaient mêlées à des espèces plus loufoques ainsi qu’à certaines pour lesquelles le doute était permis. Vérité établie, probable ou improbabilité manifeste… ? Dans le monde secret des laboratoires la réalité dépasse souvent la fiction. Ainsi la souris phosphorescente ou celle dont le dos est l’ôte d’une oreille humaine le temps d’une formation de peau avant greffe sur son propriétaire déchu, semblent bien plus extravagantes que la souris volante ou alcoolique, qui elles sont fictives.

Avec Dog[LAB]01, la présentation réelle des animaux confère un côté plus illustratif et caricatural à ce questionnement sur l’existence de ces espèces et sur la limite de ces expérimentations. Il s’agit ici plus d’une représentation qui aborde également le côté comportemental de l’animal.

Ces petits robots sont immédiatement identifiables en tant que machines mais les mouvements et attitudes qu’ils adoptent sont caractéristiques d’animaux réels plus ou moins familiers, et leur donnent ainsi un côté bien vivant.
Les spectateurs se voient même souvent essayer de leur parler et de communiquer avec eux, éprouvant de la sympathie ou de la pitié à leur égard.

 

 

Les différentes espèces:

COPYCAT 
Caractéristiques:
Cet animal hybride est le mélange parfait entre deux races d'animaux de compagnie, une canine et une féline. Cette nouvelle espèce réunit l'indépendance et la propreté du chat ainsi que le côté joueur et affectueux du chien: l'animal de compagnie universel est né... Après le clonage du premier chat "Cc" en décembre 2001 par des chercheurs de l'université texane A&M, il est maintenant possible d'obtenir des espèces "à la carte" avec les caractéristiques voulues ainsi que celles de votre cher compagnon disparu.
Origine Génétique:
Chien
Chat
50%
50%

DOLLY 
Caractéristiques:
Depuis le clonage du premier mammifère en 1996 (la brebis "Dolly"), les ovins, bovins et autre bétail n'ont cessé de rencontrer des difficultés quant à leur clonage (ESB: encéphalopathie spongiforme bovine, Progéria, vieillissement prématuré, taille anormale et pathologies diverses). Cette espèce vise à remédier à tous ces effets délétères du clonage et de l'altération de l'ADN.
Origine Génétique:
Chien
Brebis
Vache
Mouton
50%
30%
15%
5%

GFP Puppy
Caractéristiques:
Cet animal a toutes les caractéristiques normales du chien mais il a un pelage phosphorescent. Ce résultat étonnant a été obtenu par transfert dans le génome de l'animal, du gène codant de la GFP, "Green Fluorescent Protein", présente à l'état naturel chez la méduse, et communément utilisée pour marquer les cellules. Après la souris et le célèbre lapin "Alba" d'Edouardo Kac, appelé aussi "GFP Bunny", "GFP Puppy" marque le début de l'ère du clonage d'animaux d'ordre supérieur.
Origine Génétique:
Chien
GFP
99%
1%
Green Fluorescent Protein

XENODOG
Caractéristiques:
Le porc, qui se révèle être est le mammifère le plus immunocompatible avec l'homme, a quasiment le monopole des xénogreffes. Ses nombreuses races de petite taille, notamment "Yucatan" obtenues par sélection à partir du porc nain de Mexico, en font également un animal familier par excellence, discret et très affectueux. Ajouté à cela le gène caractéristique de la souris nude de laboratoire, cette nouvelle espèce réunit tous ces avantages.
Origine Génétique:
Chien
Porc
Nude
50%
45%
5%

JELLYDOGGY
Caractéristiques:
Le génome de cet animal a été enrichi avec le gène codant d'un hydrozoaire (de la famille des méduses) ainsi que celui des pigments chromatophores du caméléon qui sont à l'origine de son mimétisme étonnant avec son environnement. Cette manipulation lui confère une grande souplesse et adaptation à la vie aquatique ainsi qu'une grande homochromie.
Origine Génétique:
Chien
Méduse
Caméléon
90%
5%
5%

SCHIZODOG
Caractéristiques:
Cette tentative apparemment ratée de clonage nous aide à améliorer notre compréhension des troubles psychologiques tels que le dédoublement de personnalité ou les personnalités multiples, le trouble bipolaire, la schizophrénie... ainsi que des informations sur l'influence génétique sur la psychologie des jumeaux, des siamois et des clones. L'étude de cette espèce particulière de chien à deux têtes nous laisse espérer des formes prometteuses de traitement et peut-être, dans un futur proche, nous aidera à prédire l’issue de plusieurs maladies mentales.
Origine Génétique:
Chien
Dr. Jekyll
Mr. Hyde
50%
25%
25%

FLYINGPIG
Caractéristiques:
Après Stelarc avec sa troisième oreille et la célèbre souris nude avec son oreille humaine fixée sur le dos, voici le FlyingPig avec ses deux oreilles. Initialement conçues pour servir de support à la culture de peau et de cartilage et pour le remplacement ou la reconstruction de partie de corps, ces ailes-oreilles, faites de muscles, de tissus souples et de cartilages flexibles, peuvent réellement enrichir les fonctions du corps. La chirurgie reconstructrice appartient désormais au passé, voici venue l’ère de la chirurgie amélioratrice. Maintenant les cochons peuvent voler...
Origine Génétique:
Chien
Porc
Nude
Humain
50%
40%
5%
5%

 

 

Quelques informations techniques :

Les robots chiens utlisés sont les robots I-Cybie de Tiger maintenant distribués par Silverlit Electronic.

Pour pirater et reprogrammer les chiens quelques modifications internes ont été nécessaires: (cf www.aibopet.com)

Contrairement aux AIBO de sony, ces robots ne sont pas prévus pour être reprogrammés et une petite opération s'impose...

 

 

1. Une puce MAX 232 a été soudée à l’intérieur du robot pour permettre la communication avec un PC, ainsi qu'un interrupteur et un une prise jack sur son dos pour pouvoir le connecter au PC. La carapace du robot est entièrement enlevée, l’électronique du robot est modifiée, la carapace est transformée puis remontée.

2. Une mémoire flash interne de 2MB, qui contiendra le nouveau programme, a été rajoutée

3. Un boot loader a été installé pour permettre au robot de lire la mémoire et de démarrer sur ce nouveau programme à la place du programme original, qui n'est plus utilisé: toutes les actions doivent être programmées à l'aide des 16 moteurs (12 servo pour les pattes, et 4 cc pour le cou, la tête, la bouche et la queue), ainsi que les sons (format ADPCM, 8bit, 8KHz), les lumières de chacun des yeux (rouge, jaune, vert, ou éteint) et tous les capteurs (3 capteurs de contact, 1 capteur de lumière, 2 capteurs de son, 1 reconnaissance vocale avec 8 actions différentes, 1 capteur de position: robot sur le côté droit, gauche, sur la tête, les fesses, le dos).

4. Maintenant le programme écrit en C sur le PC et compilé peut être téléchargé par le port série grâce au câble C232 adapté au robot (mini jack et alim USB). Les logiciels utilisés pour compiler et télécharger le programme ainsi que pour communiquer avec le robot sont ICSDK, Context et Terminal.exe. Une fois le programme téléchargé, le robot peut être déconnecté du PC, il est maintenant autonome.

 

Electronique ajoutée à l'intérieur du robot:

La mémoire ajoutée est un ensemble composé de 2 mémoires Flash de 1MB.

Un interrupteur est également rajouté ainsi qu’une puce max 232 ou 233 permettant la liaison avec le port série du PC : c’est un convertisseur TTL/RS232 (cf câble C232)

Avec un MAX 233 :

  pointe jack à broche 2 : I-Cybie --> PC (Tx transmitting= émission)
anneau jack à broche 3 : PC --> I-Cybie (Rx receiving= réception)
masse jack à broche 5 : masse


Avec un MAX 232 :


cf schémas www.pictec.org

Afin de libérer de la place à l’intérieur même du robot et de n’utiliser qu’un seul MAX 232 (ou 233) pour tous les robots, j’utilise désormais un câble C232 contenant à l’intérieur même du boîtier de la DB9 le MAX 232 avec les condensateurs, la résistance et une Led de visualisation en cms. L’alimentation se faisant par le port USB de l’ordinateur.

 

Les différents capteurs du robot :

 

Vidéo :


 


Textes :

LIFE6.0 2003

www.vidalife.org

The jury for the Life 6.0 competition in Madrid - Daniel Canogar, Chris Csikszentmihalyi, Machiko Kusahara, Rafael Lozano-Hemmer, Jane Prophet and Nell Tenhaaf – reviewed 71 artworks that utilise artificial life concepts and techniques. These pieces were pre-selected from a record number of 89 submissions received from 21 countries.


PREMIER PRIX

France Cadet - "Dog[Lab] 01" / France

One of the most unsettling aspects of molecular biology is the ability to manipulate behaviour. Many experiments have shown that the behaviour of one animal may be placed into another. For instance, in 1999 neuroscientists altered a mouse by inserting a gene from a prairie vole, a different animal known for its fidelity and sociability. The normally solitary mice now showed the social behaviours of the gregarious prairie vole. While most of us have no idea how to even think about these issues, France Cadet has undertaken her own experiment in signification. Her Dog[LAB] project is a monstrous hybrid, merging children’s toys, hacked electronics, and social and political concerns into robotically enacted dramas. Cadet performed surgery on several robotic dogs, customized their forms, and reprogrammed them with unusual behaviours. Her new dogs are genetically manipulated animal combinations, plastic chimeras. For instance, one is the "ultimate" domestic pet, a mixture of equal parts cat and dog. This earnest Frankenpet alternately wags its tail playfully, grooms itself, does feline stretches and, eventually, falls asleep and dreams dog dreams. Another is a cowdog, and as a result is prone to robotic BSE, twitching and collapsing while whining like a sad puppy. Cadet’s work reminded some of the jurors that the more life-like robots become, the more prone they’ll be to neurosis and illness. We all admired the unusual way that Cadet addressed weighty issues of science and society while keeping her tongue well in cheek.

Chris Csikszentmihalyi

Machinista 2004

www.machinista.org

About Dog[LAB]01 – France CADET

Supervisor comment.

The manner in which a "robot dog" has been appropriated, rather than fabricated, is a very useful method for removing the "artist’s hand" from the semiotic structures at work in this project. Of course, this is a "dog" that has previously been commercially appropriated, providing scope for critical social comment within the work. This balance between critique and self-representation is what makes this project successful: cloning becomes a methodology for birthing an independent, self organising structure, whilst simultaneously challenging its social and commercial implications.

…/…works such as Dog[LAB]01 demonstrate how this methodology allows for social critique. In this project, not only is the technological device appropriated, but also the agenda of the cultural system that produced the device in the first place. This is an excellent way of freeing the artist's hand from the representational process, as the expressive language available to the device is limited to its own, highly politicised properties.

James Coupe

ARTE/Cultures électroniques - 09 Novembre 2004

www.arte-tv.com

Un chien-robot phosphorescent nommé GFP Puppy, clin d'oeil malicieux à l'artiste Eduardo Kac et son lapin Alba, Copycat, chien-chat, tentative ironique de créer l'animal de compagnie parfait, Dolly, chien-brebis-vache-mouton, afin d'éviter toutes les effets secondaires du clonage, Jellydoggy un chien hybride avec le caméléon et la méduse qui se fond dans son environnement,Xenodog, mélange de chien, de cochon et de souris pour une meilleure transplantation vers l'homme, et Schizodog, "Chien 50% Dr. Jekyll 25% Mr. Hyde 25%", forment Dog[LAB] 01, un ensemble de chiens robots modifiés par France Cadet, artiste et roboticienne.

Exposés au Ars Electronica Center, les 6 robots chiens ont été modifiés dans leur apparence comme dans leur code, ayant été reprogrammés afin d'avoir de nouveaux comportements selon leur hybridation. Ainsi, Copycat combine des attitudes de chat et de chien, passant sa patte derrière son oreille tout en étant attentif à l'attention du public. Dolly aux cornes et à la robe de vache s'éteint en tremblant tel un animal malade de la vache folle au grand damn des visiteurs qui s'attachent très vite aux cinq robots. Ces animaux mi-réalistes mi-chimériques sont accompagnés de leur fiche descriptive, accentuant par là le jeu autour de la biotechnologie, détournant de manière ironique et joyeuse des recherches réelles en cours.

Laurence Rilly.

Sortir Télérama - 02 Avril 2004

Mutations canines à Exit.

Génétiquement déviants, les robots-chiens de France Cadet chahutent le festival.

Si l'on devait choisir une mascotte Exit, cru 2005 (un festival pour présenter une scène internationale trandisciplinaire et à forte teneur en hautes technologies), on élirait l'un des robots-chiens transgéniques de France Cadet, exposés parmi d'étonnantes trouvailles d'artistes inventeurs. Visite guidée de son "Dog[lab]". La bestiole a tous les attributs morphologiques du chien, mais le pelage blanc à larges taches noires et une paire de cornes entre les oreilles. Elle gratte le sol à la façon d'un taureau qui voit rouge, tremble sur ses pattes (robotiques), puis agonise sur le flanc. On vient d'assister à la tragique fin de Dolly.

Une fiche technique détaille son "origine génétique" : chien 50 %, brebis 30 %, vache 15 %, mouton 5 %. Tout s'explique : l'animal (qui finit par se relever pour reprendre son chancelant manège) est atteint d'ESB et de tremblante du mouton cumulées. Parquée sur un parterre de (faux) gazon, Dolly est l'une des sept créatures issues des manipulations de France Cadet. Qui fit un temps des études scientifiques avant de se replier sur les beaux-arts. Et se livre à une série de recherches (ludiques) sur les dérives potentielles des expérimentations génétiques et animales, passées du domaine de la science-fiction à celui du réel. "Tout ce qui est de l'ordre de la sélection génétique et du clonage, depuis longtemps pratiqués dans l'élevage ovin et bovin ne posait de problème à personne. Jusqu'à ce que la 'vache folle' touche l'homme..." avance l'apprentie sorcière devant le cas de sa Dolly.

La ménagerie de la jolie France n'aurait jamais vu le jour si une multinationale de l'électronique n'avait eu la flamboyante idée de sortir Aibo, robot canin à éduquer et à transformer en animal de compagnie sans taches et sans reproche. La demoiselle s'en procure un exemplaire, trouve le plan de ses circuits électroniques sur Internet, et l'opère à coeur ouvert. Le premier succombera à l'intervention. Pas les suivants, qui seront piratés pour être transformés en robots hybrides et transgéniques, singeant les attitudes de multiples espèces animales. Le cadet de Dolly s'appelle Copycat. Mi-chien, mi-chat, le prototype allie réflexes de propreté félins et démonstrations d'affection canines. Ou comment créer le "compagnon idéal", à l'image du premier clone de chat créé en 2001 au Texas à l'attention des familles qui voudraient remplacer à l'identique, moyennant dollars, leur animal familier disparu... Suivront un molosse à deux têtes, Schizodog (chien 50 % chien, Dr Jekyll 25 %, Mr Hyde 25 %), susceptible de préfigurer l'évolution de quelques maladies mentales ; un modèle transparent, un peu méduse, un peu caméléon, qui, pour cause de réminiscences aquatiques, tente un crawl sur sa pelouse artificielle ; un spécimen nourri à la protéine phosphorescente, à la robe joliment fluo. Et deux robots aux propriétés porcines pour cumuler les fonctions d'animal domestique et de réservoir d'organes (en vue de greffes éventuelles). Vous en rêviez ?

Cathy Blisson

Libération - 02 Avril 2004

La science intruse

La facétieuse France Cadet ne cherche pas une chaire en génétique pour ses chiens, qu'elle manipule à l'envi afin de leur insuffler des comportements de méduse, de chat ou de cochon. Son Dog [LAB], début de meute hybride (sept modèles), est un savant mélange de piratage des premiers modèles du robot Aibo de Sony et de dénonciation ludique des manipulations génétiques. L'un s'appelle Copycat, en référence au premier chat cloné par le laboratoire d'une université texane. Le chien-chat de France Cadet est à 50 % un chien, qui reproduit mécaniquement des comportements canins, et à 50 % un chat, qui interrompt ses déplacements pour agiter ses moustaches ou se passer la patte devant l'oreille.

Convulsions. Plus loin, Dolly ressemble aux chiens robots de Sony que France Cadet dépèce pour en modifier les entrailles robotiques : le chien reste présent, mais l'hybridation vache-mouton le fait trembler quelques minutes puis se coucher sur le flanc et s'éteindre, secoué de convulsions façon vache folle (1). Xenodog (en référence aux xénogreffes) est un chien-porc, une projection imaginaire des réserves d'organes que la science promet. Et Jellydog se prend pour une méduse...

Drôle et glaçant à la fois, Dog [LAB] est un moyen subtil de «dénoncer les débordements du clonage, l'eugénisme, les expérimentations animales et leurs applications commerciales», dit France Cadet. Belle manière d'infiltrer la science pour en faire dégorger le venin...

(1) Comportements programmés en boucles de quelques minutes.

Annick Rivoire

Parachute #119: "Humain - IA"

La vie artificielle et les vies des non-humains.

Le travail robotique d'une autre artiste pourrait nous donner un tout autre point de vue, La pratique de France Cadet remet en cause le destin dans le sens aristotélicien que nous semblons avoir réappris lorsque nous parlons de l'avenir. De plus, elle rend tangible l'impact actuel de cette vision sur le monde non humain. France Cadet23, qui, tout comme Rinaldo, s'est mérité un premier prix dans la compétition annuelle LIFE24, pose des questions sur «les réelles conséquences possibles de la science», mais depuis l'extérieur du bocal à poissons. Son installation Dog[Lab]01 (2004) est composée de sept chiens robotiques disponibles sur le marché, qu'elle a piratés et reprogrammés. Chaque chien renvoie à de vraies expérimentations scientifiques et artistiques, comme le chien vache/cloné atteinte d'ESB qui se nomme Dolly, un chien nu/ souris/cochon du nom de Xenodog, le Puppy GFP [Green Fluorescent Protein] d'Eduardo Kac qui n'avait pas encore été réalisé, une combinaison de cochon nu/humain/chien du projet Third Ear de Tissue Culture & Art (TC&A), réalisée pour l'artiste Stelarc, et le cochon volant de TC&A au nom fort à propos de FlyingPig. Installés sur leurs petits cercles individuels de pelouse artificielle, les chiens robotiques bêlent, beuglent, grognent, miaulent et jappent, leur comportement déterminé par leur réalité d'objets technologiquement médiatisés dans un monde humain. Le chien Copycat, officiellement le parfait animal de compagnie, fait sa toilette comme un chat tout en continuant à rêver comme un chien, c'est-à-dire en agitant les pattes dans son sommeil. D'un vert luisant et doté d'yeux rouges, le PUPPY GFP avance et recule maladroitement en jappant d'une voix de basse informatisée et hurle d'ennui si personne ne vient vers lui. Le chien/vache cloné du nom de Dolly perd l'équilibre et s'effondre, ses pattes en convulsion à cause de la maladie de la vache folle. Dans la gaucherie burlesque de ces chimères piratées, dans leurs mouvements contraints et leurs limites mécaniques, il y a une tristesse si profonde queue n'a pas de voix. Elle ne peut s'exprimer qu'à travers le signe «CRY».

Carol Gigliotti.

La République des Pyrénées - 29 Novembre 2006

Robots pour être vrais.

La jeune artiste France Cadet montre les crocs pour dénoncer l’eugénisme, les expérimentations animales et le clonage.

Le clonage, l’eugénisme, les expérimentations animales... Pour dénoncer ce magma scientifique parfois terrifiant, l'artiste France Cadet a choisi l'ironie et les formes ludiques. Dans la galerie Sagace de l'école supérieure des arts et de la communication, et à l'initiative d'Accès(s) (s), elle expose jusqu'au 15 décembre des chiens robots manipulés par ses soins pour mieux mettre en garde contre les dérives de notre société et de la science.
« Je n'ai pas une attitude militante » se défend pourtant la jeune et jolie femme de 35 ans, qui a gardé une allure de gamine. Le carré noir et plombant, la lèvre discrètement percé d’un anneau, France Cadet n’est pas du genre à se fondre dans la masse. Sa forte personnalité et le pressentiment qu’elle ne s’épanouirait pas dans cet univers l’incitent à envoyer balader ses études de sciences, entamées pour devenir ingénieur. « Plus que la matière, je trouvais les gens ennuyeux », sourit-elle.

Moustache ou cornes de vaches.

Cette fille du sud rejoint alors les Beaux-arts et intègre l’école d’Aix-en-provence, la seule en France à posséder un atelier de robotique. C’est là qu’elle enseigne aujourd’hui. « la science et les Beaux-Arts ne sont pas si éloignés », insiste-t-elle. « On repose les problèmes différemment. Ce n’est plus du tout antinomique ». Surtout pas pour elle.
Même si elle revendique la coupure radicale dans ses études, France Cadet est rattrapée par ses premières amours : « Il me manquait quelque chose : tout ce qui a trait à la médecine, à l’animal ». Elle imagine alors l’expérience Dog[LAB] : une galerie de robots chiens dont elle ouvre le ventre pour les pirater, télécharger un programme particulier, avant de modifier leur aspect extérieur à coup de peinture, ou en ajoutant une moustache ou des cornes… jusqu’à faire de chaque chien une créature hybride, dénonçant une pratique scientifique.

« Animal de compagnie et réserve d’organes »

« toutes les références sont réelles : elles se rapportent au clonage, à l’expérimentation animale, ou à des expériences réalisées par des artistes et dénoncées par la société », commente France Cadet.
Possédant à égalité les caractéristiques d’un chat et d’un chien, « Copycat » met ainsi en garde contre la pratique industrielle du clonage des animaux familiers, qui se développe aux Etats-Unis. Moyennant finances, le maître d’un animal peut ainsi obtenir son double… a la fois chien, brebis, vache et mouton, « Dolly », qui se tortille jusqu’à la mort, rappelle l’aventure de la première brebis clonée et le spectre de la maladie de « la vache folle ».
Plus loin, c’est schizodog partagé entre deux têtes antinomiques, qui illustrent les problèmes psychologiques. A ses côtés, tourne en boucle le programme « Xenodog » : à la fois chien et porc, il parle de la transplantation d’une espèce sur une autre : « est-ce un animal de compagnie ou une réserve d’organes », s’interroge l’artiste qui dénonce aussi à travers « Flying Pig » et « GFP Puppy » l’accueil réservé à certaines manipulations d’artistes, alors qu’elles trouvent un écho positif lorsqu’elles sont utilisées dans le monde scientifique : la troisième oreille greffée sur sa peau par l’artiste Stelarc, ou le lapin fluorescent « Alba » d’Eduardo Kac, également appelé « GFP Bunny », en référence à la Green Fluorescent Protein. « On a crié au scandale parce qu’il s’agissait de projets artistiques », s’insurge France Cadet. Ces robots chiens ne laissent pas le public indifférent. « Les gens projettent sur eux leurs émotions. Certains me soutiennent qu’ils ont réagi, parlé », s’amuse la jeune femme. Ils les évoquent comme des êtres de chair et de sang : « Ils me disent : « Il s’est fait mal », jamais : « Il s’est cassé » ».

Après ce projet Dog[LAB]01, France Cadet va continuer à explorer cet outil d’expression : elle imagine déjà une meute de clone Dolly pour dénoncer d’autres pratiques scientifiques. Les chiens robots vont garder leur mordant.

Accès(s) a créé un événement en organisant avec l’ESAC cette exposition de Chien robots, plébiscités dans des expositions à l’étranger. Ils reviennent ainsi du brésil, friand de ces nouvelles technologies.

K.R.

CARNET SAGACE

Version 1: Texte Multi-langage: (version publiée dans l'édition sagace)

On a 100% french substratum, the following text has been regenerated by a thermolexical fusion of 20% english, 20% german, and 10% polish.


ELOGE DE LA FOLIE CANINE À L’ÂGE ROBOTIQUE

De nos jours, l’image du corps scientifique devient anonyme au point que l’on en vient à regretter the caricatural netteté des savants fous d’antan et de leur barbe en fulmicoton pataphysique. Polished par le vergangenen siècle et les feuilletons populaires, pop-arted by comic-strips, propulsés dans le Spektakel déridant par leurs fulgurantes Erfindungen, these crazy scientists appeared as eternal fathers au ciel de l’imaginaire débonnaire des espérances fantaisistes.
Leurs organes délirants, wie ein übergrosser Kopf mit hervorquellenden Augen, ont cédé la place aux organismes et à leurs organigrammes, aux arborescences méthodiques. In klinisch sterilen Labors wird mit patiemment impersonnelles Aufwand an den zukünftigen Auswucherungen gewerkelt. Whilst chemistry was soothing madness, rationality would turn into dementia. Le vivant broutant en paix s’offre aux artifices neutralisant d’un progrès rapide ktory zmienia sie w hiperboliczna progresje, jusqu’à dévorer la flèche du temps.
France Cadet fears this trend of science which would thus flee our criticisms and even our futile aspirations, she worries about a program which generates et se développe à notre place, elle s’alarme de cette coupe réglée, calée, clonée. Elle endosse donc la combinaison de la savante ingénue pour bricoler des robots canidés bardziej szalone niz nasze obawy, ktore szczekaja i mrugaja luminescencyjnymi oczami. Zabawki te sa przesycone sztuka i smiechem, leurs jappements électroniques désamorcent la croyance au sérieux imperturbable de la menaçante omniscience. Le chien fou est devenu le garde-fou du bien fou, auf das Menschliche, das Allzumenschliche auf.

 

Jacques Norigeon

Version 2: Texte Français: (fench substratum)

ELOGE DE LA FOLIE CANINE À L’ÂGE ROBOTIQUE

De nos jours, l’image du corps scientifique devient anonyme au point que l’on en vient à regretter la netteté caricaturale des savants fous d’antan et de leur barbe en fulmicoton pataphysique. Patinés par le siècle passé et les feuilletons populaires, pop-artisés par la bande dessinée, propulsés dans le spectacle déridant par leurs inventions fulgurantes, ces savants fous apparaissaient comme des pères éternels au ciel de l’imaginaire débonnaire des espérances fantaisistes.
Leurs organes délirants, tel le crâne démesuré aux yeux exorbités, ont cédé la place aux organismes et à leurs organigrammes, aux arborescences méthodiques. Dans des laboratoires cliniques, des équipes patiemment impersonnelles élaborent des futurs proliférants. Tandis que la chimie anesthésiait la folie, la rationalité entrait en démence. Le vivant broutant en paix s’offre aux artifices neutralisant d’un progrès rapide mutant en progression hyperbolique jusqu’à dévorer la flèche du temps.
France Cadet redoute ce tour de la science qui échapperait à nos critiques et même à nos futiles aspirations, elle s’inquiète de ce programme qui engendre et se développe à notre place, elle s’alarme de cette coupe réglée, calée, clonée. Elle endosse donc la combinaison de la savante ingénue pour bricoler des robots canidés plus fous que nos peurs, qui aboient et clignotent d’un œil luminescent. Jouets transcendés par l’art et le rire, leurs jappements électroniques désamorcent la croyance au sérieux imperturbable de la menaçante omniscience. Le chien fou est devenu le garde-fou du bien fou, et de l’humain trop humain.

Jacques Norigeon

Presse :
Leonardo Vol 41, N° 1 (Février 2008)
Pittsburgh Tribune-Review (Février 2008)
Pittsburgh Post-Gazette
(Février 2008)
Carnet Sagace
(Juin 2007)
La République des Pyrénées (Novembre 2006)
Sud Ouest (Novembre 2006)
Daily Press (Septembre 2005)
BBC News (Septembre 2005)
Sortir Telerama (vpril 2005)
Libération (Avril 2005)
Le Soir (Mars 2005)
Libération (Février 2005)

Arte/Culture électronique (Novembre 2004)
COTE Magazine (Mai 2004)
ABC de ARCO (Février 2004)

El Punto (Février 2004)
El Pais (Decembre 2003)

La Provence (Novembre 2003)
Libération (Janvier 2003)

Text from Jacques Norigeon

Text from Chris Csikszentmihalyi
Text from James Coupe
Text from Carol Gigliotti

A propos de Dog[LAB]01 :

Dog[LAB]01 a été pésenté lors de :

2008: - "Urban Living" Wood Street Galleries - Pittsburgh - USA.
2007: - Exposition personnelle - "Dog:Lab cuestiona la biotecnología con humor" - Espacio Movistar - Barcelone - Espagne.
2006: - Exposition personnelle - Galerie SAGACE - Pau.
-  "Emoção Artficial 3.0": Sao Paulo - Brésil.
2005: - "Sciart V3.0": National Science Museum - Daejeon - Corée.
- Festival international "EXIT": Maison des Arts de Créteil.
- Festival international "VIA": Le Manège - Maubeuge.

-  "MAP": Japan Media Art Plaza Festival – Tokyo.
-  "DigitaleeMeUTe #2" La Friche belle de Mai – Marseille.
 
2004: - "Digital Stadium" : NHK – Tokyo.
- "Ars Electronica" Linz – Autriche.
- "Machinista" – International Art & Technology festival – Glasgow.
- "Bloody Mary" : Galerie Aperto - Montpellier.
- "ARCO 04" : Stand Fundacion Telefonica - Madrid – Espagne.
- "Lille2004: Mondes parallèles robots" : Capitale Culturelle 2004 – Lille.
- "Technopoc’Art": Musée de l’Objet – Blois.
2003: - "Arborescence 03" : Art, Nature & Technologie - Aix-en-Provence.

Dog[LAB]01 a été publié dans :

2007: - Carnet Sagace - Edition ESAC: Ecole Supérieure des Arts et de la Communication - PAU.
2006: - "METAmorfosis" el museo y el arte en la era digital - Anglais/Espagnol.
2005: - "ROBOTS, génèse d'un peuple artificiel." - 3 Editions: française, anglaise et allemande.
- "PARACHUTE 119: HUMAIN & IA." - Français/Anglais.
-  "MAP": Japan Media Art Plaza Festival – Tokyo. Japonais/Anglais.
 
2004: - "Digita Awards 2004" : NHK – Tokyo. Japonais/Anglais.
- "Timeshift": Ars Electronica 2004. Anglais/Allemand.
- "BELIO 015 : Robots" : Experimental Art and Design project - Anglais/Espagnol.
- "ARCO 04" : Catalogue de l’exposition - Anglais/Espagnol.
- "Robots !" : Catalogue de l’exposition pour Lille2004 - Français/Anglais.
- "A minima ::" Contemporary Visual and Conceptual Proposals - Anglais/Espagnol.
- "Bloody Mary" Catalogue de l’exposition - Français.
 

Dog[LAB]01 a particpé aux conférences :

2007:

- "De l'objet de laboratoire au sujet social": Ecole Supérieure d'Art d'Aix-en-Provence.
- "Sonde # 0007: Du robot au théâtre" - 34° rencontres d'été - La chartreuse - Villeuneuve lez Avignon - Pdf file - Voir la vidéo
- "BIORAMA"- DRU: Digital Research Unit - Huddersfield - Angleterre
- "Do biologists dream of robotic art?" with Régine Débatty - LIFT07 - Genève - Suisse - voir la vidéo

2006: - "Robotics and Interactivity" - "Emoção Artficial 3.0" - Sao Paulo - Brésil
- "Teaching Robotic Dogs New Tricks" - SMARt2006 - Hochschule für Künste Bremen - Allemagne.
-  "The Art of Behavioral Programming of Robots" - School of the Art Institute of Chicago.
 
2005: - "Dog[LAB]02 Show'n Tell" Watershed - Bristol. 
2004: - "L’homme et la machine : vie artificielle, interactivité, robotique" : conférence Agora des Sciences – Marseille.
- "Business Japan" : Colloque sur les technologies innovantes - Technopole l’Arbois.

Dog[LAB]01 a été récompensé par :

2005: - Jury recommended work for the "MAP" Japan Media Art Festival – Tokyo - Japon.
2004: - 1er Prix de "Digital Stadium"– Tokyo – Japon.
- 1er prix des Digita Awards : Best selection Digital Stadium – NHK – Tokyo.
- Best selection Machinista – catégorie ART FROM THE MACHINE – Glasgow.
- Nominé pour le festival BioPicture – catégorie images animées – Marseille. 
2003: - 1er prix du festival VIDA 6 - Madrid - "Art & Artificial Life International Competition".

Dog[LAB]01 a été acheté par :

2005:   - "MEIAC" : Musée d'Art Contemporain de Badajoz – Espagne
Acquisition de "FlyingPig" dans le cadre de "metamorphosis"