"Canis Lupus Anatomy"
Sérigraphies avec encre à gratter

2010

 



Les avancées technologiques actuelles en matière de nanotechnologies réduisent de plus en plus les frontières entre le vivant et l’artificiel, introduisant de l’artificiel dans le vivant et vice versa. Ces frontières devenant de plus en plus perméables, nous tendons à nous diriger vers le modèle du cyborg de Donna Haraway et la notion postmoderne unique de nature-culture des, déconstruisant les binarismes du corps entre nature et culture, objet et sujet...


Chairs et mécanique s’emboîtent désormais comme le montre ce dessin « Robotic dog skeleton anatomy » qui dévoile l’anatomie interne biologique d’un chien robotique, telle une planche anatomique du XVIIIème siècle réalisée à la main, à l’encre et tout au point.
« Robotic dog skeleton anatomy » - 2010


Cette série de 6 sérigraphies mêle ainsi l’apparence artificielle externe de l’animal (carapace robotique) et son anatomie interne biologique fonctionnelle (système cardio-pulmonaire, digestif et squelette).




La carapace de ce robot possède une encre argentée à gratter de telle sorte que lorsque l’acquéreur décide – ou non – de gratter cette carapace artificielle, il révèle l’anatomie interne fonctionnelle du robot et un de ses organes biologiques. Cet acte singulier et propre à ce tout nouveau chirurgien de l’image, rend ainsi la sérigraphie unique.





Une autre sérigraphie exhibe un QRcode (Quick Response Code) nommé X-Ray Robot.

L’observateur est invité à utiliser son téléphone mobile, ou une tablette équipée d’un lecteur de QRcode, comme un scanner. En flashant le QRcode l’image imprimée derrière ce QRcode lui sera révélée. Il s’agit de l’image du robot chien passé aux rayons X, son mobile devenant un appareil de radiographie. L’acquéreur possède à nouveau la liberté de gratter ou non cette sérigraphie.





Exposition "Animal Paradise" - Centre d'Art d'Istres - 2013



Exposition "Show Off" - Paris Art Fair 2012